Archive for ‘mai, 2013’

Advertisements

Les toits, un espace public ?

Accessibles environ six mois par année, soit du mois de mai à la fin octobre, les toits du Musée accueillent les piétons et les visiteurs uniquement pendant les belles saisons. Pour plusieurs, avant les festivités du 400e anniversaire de Québec et le Potager des visionnaires de Franco Dragone, ce magnifique espace public était un secret bien gardé !

Pour enrichir mes réflexions et m’inspirer, je me suis intéressée à l’historique des toits du Musée. À lire sur le blogue du MCQ !

Un lieu et ses contraintes

Après quelques rencontres avec les personnes ressources des différents services du Musée, au-delà de leur potentiel artistique fort, les toits se sont révélés dans   ce qu’ils peuvent avoir de contraignant… Ou d’inspirant !

La magnifique vue sur le fleuve offre donc son revers : le vent du fleuve. À garder en tête lors de la fabrication de certaines installations pour éviter les mauvaises surprises et m’assurer de la sécurité des visiteurs.

La soleil donne au lieu l’apparence d’un havre vert et douillet en milieu urbain… Mais gare aux coups de soleil et à l’usure prématurée de certains matériaux. Dans le cas de Géométrie des espaces, étant donné la courte durée du projet et le mois de sa présentation (septembre), le soleil demeure un allié.

Souhaitée et appréciable, l’accessibilité des toits ajoute certaines contraintes qui, au premier regard, peuvent ne pas transparaître. L’équipement technique utilisé se doit d’être sécurisé pour éviter les vols, en plus d’être bien à l’abri de la pluie et des vents ! Quant à l’accessibilité universelle des lieux institutionnels, tel que le Musée, elle deviendra un facteur important à considérer lors de la conception de certaines structures envisagées.

Et que dire de l’espace architectural en soi qui par sa taille impose des choix stratégiques d’intervention pour ne pas qu’une installation semble anodine et minuscule dans le volume grandiose du bâtiment. Un lieu et ses contraintes certes, mais avec ce lieu vient également la possibilité d’apprendre beaucoup sur ce qu’est l’art en espace architectural public et extérieur. Je saisis donc cette occasion !